Sur mes brizées

Où il est, surtout, question de livres !

« Exodes », Jean-Marc LIGNY

10 Commentaires

ExodesLe réchauffement climatique a bouleversé de fond en comble l’écosystème de la planète et la vie humaine sur terre n’est plus que survie, en attendant l’extinction de l’espèce.
Il subsiste pourtant quelques enclaves privilégiées, comme celle sous dôme de Genève, où le chercheur Pradeesh Gorayan vit avec sa famille à l’abri des températures caniculaires et surtout des dangers du monde extérieur. Car, au dehors, règnent la misère et le chaos. Les rares îlots de civilisation sont menacés par des bandes de pillards ou encore par les Boutefeux, ces hordes qui, sous l’emprise de la rabia negra, une drogue les rendant quasi fous, mettent à feu et à sang tout ce qu’ils trouvent. Et enfin, il y a les Mangemorts…
C’est à une bande de Boutefeux que sera confronté Fernando, alors qu’il a quitté l’Espagne pour échapper à sa mère, Mercedes, laquelle se réfugie dans la foi et attend les Anges sauveurs. Mais elle aussi va prendre la route, avec le padre Garcia, dans le secret espoir de le retrouver.
Paula Rossi et ses deux fils, dont l’un gravement malade, feront, eux, plus d’une rencontre périlleuse sur le chemin vers Milan, en quête d’un médecin.
Olaf Eriksson et sa femme, de leur côté, envisagent de fuir les îles norvégiennes de Lofoten, tant la vie y est devenue terriblement difficile.
Cette vie que Mélanie essaie de préserver, à son niveau, près du petit village de Saint Polgues, en recueillant et soignant quelques animaux rescapés par miracle.
Autant de personnages, autant d’itinéraires, que des circonstances toujours dramatiques ne vont cesser de rapprocher …

La mise en place de ce roman m’a paru assez longue : on suit six fils narratifs et on se demande quand on aura fait le tour des différents protagonistes. Quand c’est fait, on attend le moment où tous ces fils vont finir par se croiser. Alors oui, cela se produit car le roman est habilement construit, mais pour ce qui me concerne je l’ai trouvé sans réelle surprise (excepté le clin d’œil final, juste avant l’épilogue). Il y a bien un crescendo mais, justement, il est quasi ininterrompu donc le lecteur finit par ne plus être surpris et s’attend chaque fois à un nouveau drame ou une nouvelle horreur. Malgré tout, je reconnais que l’issue du périple d’Olaf et de son épouse Risten est diablement bien trouvée… Pour le reste, cette lecture a tourné au pensum (avec plus de 500 pages, quand on n’accroche pas plus que cela, on voit le temps passer !), quel que soit l’intérêt des descriptions présentées et de la découverte progressive des modifications subies par l’environnement, sous toutes les latitudes.

L’aspect plombant du récit (tout est noir et ne peut qu’aller de mal en pis, pas de futur ni d’espoir, avec l’impression que c’est tragiquement réaliste et plausible) n’a pas été compensé par l’écriture, trop souvent terne dès lors que le récit s’attache directement aux personnages et à leurs faits et gestes (plus satisfaisante quand il s’agit de décrire des environnements). Quant à l’analyse des comportements humains, je devrais dire du comportement, je l’ai trouvée finalement assez sommaire : en gros, plus ça va mal, plus les gens perdent leur humanité, se laissent aller à tuer, etc. , avec ce leitmotiv affiché de la lutte pour la vie sur fond de l’homme est un loup pour l’homme, poussé à son extrémité avec les Mangemorts. Alors, certes, il y a des exceptions, Mélanie par exemple, mais si peu qu’elles ne sont pas représentatives.

Les personnages principaux, saisis au point où ils sont arrivés dans leur vie, m’ont semblé manquer d’épaisseur. Non qu’ils ne me paraissaient pas vraisemblables, mais ils ne m’étaient pas proches, c’était comme si je les voyais sur un écran de cinéma : seulement, au cinéma, je n’ai pas la chance de pouvoir en apprendre davantage à leur sujet comme je peux le faire dans un roman, or ça n’a pas été le cas ici, pas d’arrière-plan personnel ni d’analyse psychologique fouillée.

Le plus captivant a donc été à mes yeux le panorama exhaustif et impressionnant de ce qu’est devenue la Terre post réchauffement climatique.

« Exodes » est un roman extrêmement bien pensé pour ce qui concerne la réflexion prospective environnementale, dont la mise en images m’a convaincue. Mais ni le récit ni les personnages qui l’animent ne m’ont passionnée.

J'ai aimé un peu« Exodes », Jean-Marc LIGNYSélection Prix Une Autre Terre
Editions L’Atalante (538 p)
Paru en juin 2012

« Exodes » fait l’objet d’un grand nombre d’avis très positifs, chez : Lune, NooSFere , Gromovar , Endea , tam-tamLes Vagabonds du RêveMythologica , Pegase (un peu plus réservé) …

C’est un des trois romans sélectionnés pour concourir au Prix Une Autre Terre 2013 (avec « Super triste histoire d’amour » et « La fille automate ») et je l’ai lu dans ce cadre, puisque j’ai rejoint le comité de lecture qui se réunira à Paris samedi 23 mars pour l’élection du lauréat.

Publicités

10 réflexions sur “« Exodes », Jean-Marc LIGNY

  1. Dommage, l’idée de départ, sans être vraiment originale, me plaisait bien, surtout si mon chez moi est bien à l’abri sous dôme 😉 Mais non, ce que tu dis de l’écriture et du manque de psychologie des personnages me refroidit.

  2. Pour la psychologie des personnages, d’autres lecteurs l’ont trouvée bien étudiée. Si le thème te plaît, en tout cas, il ne faut pas hésiter à tenter la lecture (tu devrais pouvoir trouver le livre en bibliothèque) car ce roman, qui n’a pas bien marché avec moi, a plu à beaucoup d’autres lecteurs.

  3. message reçu, je passe.

  4. Oh, un avis un peu plus négatif sur ce livre, ça change ^_^. Je ne sais toujours pas si j’ai envie de le lire. Pas assez pour l’acheter en tout cas…

  5. Vu ta vitesse de lecture et ton goût pour la SF, il faudrait que tu tentes, si tu peux l’emprunter en bibliothèque (ce que j’ai fait) : je serais curieuse d’avoir ton avis !

  6. AquaTM semble plus convainquant que ce roman. Je reste sur mon bon souvenir.

    • Beaucoup ont été convaincus… pas moi, malheureusement. Mais on est dans la même tonalité, apparemment, que AquaTM (je viens de lire ton article au sujet de ce roman), peut-être en plus (radicalement) noir, malgré tout.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s