Il y a deux ans…

… j’étais dans le train pour Hossegor, avec mon mari et ma sœur. On espérait encore, on voulait y croire. Puis il y a eu le coup de fil de mon petit frère, à son chevet, pour nous dire que c’était fini.
Le lendemain, je publiais ce billet sur mon blog.
Je le reprends ici, en mémoire d’elle et parce que la dernière phrase est toujours, ô combien, d’actualité.

Elle ne lira plus mon blog…
Fleurs 
C’était une des lectrices les plus assidues de mon blog, maman. Et je peux vous dire qu’elle ne ratait pas les commentaires ! D’ailleurs, je ne vous préciserai pas à quelle occasion, elle avait trouvé qu’il y avait un gars aux propos bien agressifs : c’est qu’elle était toute prête à sortir ses griffes pour défendre sa fille, même si la fille en question n’est plus une gamine (mais on est toujours un peu une gamine pour sa maman, c’est ça aussi qui est bien).
Il y a eu des hauts et des bas dans notre relation : les mères et les filles, ce n’est pas forcément facile, comme toutes les histoires d’amour. Il y eut des périodes où je lui disais tout, d’autres où d’anciens griefs refaisaient surface, jusqu’à ce que, il y a maintenant de nombreuses années et parce que j’avais grandi et mûri sans doute (il n’est jamais trop tard), ce soit à nouveau et cette fois définitivement apaisé entre nous, avec la confiance partagée et les confidences (dans la cuisine, souvent, lors de mes passages chez elle, à Hossegor : c’est fou ce que les cuisines sont propices au bavardage !).
J’ai cru qu’elle vivrait toujours (ça suffisait que mon père soit parti beaucoup trop tôt), qu’elle serait une centenaire bon pied, bon œil, elle avait l’air partie pour.
Et puis non. La mécanique s’est enrayée d’un seul coup, en trois mois tout s’est précipité.

Elle ne lira plus mon blog.
Mais moi, je penserai toujours à elle en y postant mes billets.

Les commentaires sont fermés.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑