Où je relis « Jane Eyre » !

Attention, je n’ai aucun scrupule à spoiler, donc si vous n’avez pas lu Jane Eyre, zappez ce billet !

La nouvelle adaptation cinématographique de Jane Eyre a conduit Papillon à relire le roman et elle m’a donné envie d’en faire autant (alors que je repousse toujours d’éventuelles relectures, la faute aux sirènes des nouveautés).
Il faut dire que ma lecture remontait à… (oups !) plus de 30 ans ! C’est pas rien et ça laisse largement le temps d’oublier bien des choses, comme j’ai pu m’en rendre compte, même si l’essentiel de l’intrigue m’était resté présent, tant le récit est marquant.
Il n’empêche que je n’avais, tout compte fait, retenu que la partie médiane du roman : à la trappe, l’enfance de Jane et, plus surprenant encore, toute la dernière partie, après sa fuite du manoir de Thornfield, large tranche de l’histoire dont je n’avais strictement aucun souvenir (ça fait peur), n’ayant conservé en mémoire que l’épilogue (quand même) !
Bref, cette relecture fut aussi une redécouverte. Et, certes, je ne pouvais plus ressentir la tension dramatique de l’œuvre, frémir en entendant les rires fous traversant le manoir la nuit et lire fébrilement dans l’attente de ce qui allait bien pouvoir arriver à notre chère Jane, mais je m’attachais à savourer l’histoire et ses personnages, tout en me faisant les remarques ou les réflexions ci-après.

Tout d’abord, j’ai été frappée par la surabondance de références religieuses émaillant le texte, dont les notes de mon édition Folio classique me permettaient (quand me prenait l’envie d’y jeter un œil) de percer les mystères (toutes ne sont pas évidentes et témoignent d’une connaissance poussée de l’auteur en la matière). La religion tient d’ailleurs une place importante dans le roman et fait partie des facteurs qui pousseront Jane à refuser de vivre maritalement avec Mr Rochester. Mais Jane s’avèrera aussi capable de résister à ses diktats, lorsqu’elle s’opposera aux projets que St John Rivers a conçus pour elle.

Et c’est cela aussi qui m’a étonnée, le caractère de Jane, dont la personnalité est saisissante ! Face à Mrs Reed et alors qu’elle n’est qu’une petite fille, elle finit par exploser, après s’être contenue et avoir enduré si longtemps, soucieuse d’afficher au grand jour l’injustice dont elle est victime en disant à cette femme ce qu’elle mérite d’entendre. Jane est quelqu’un de foncièrement droit et franc, on le constatera encore dans les réponses directes qu’elle fera aux questions de Mr Rochester.
Autre composante de son caractère, elle ne vit pas dans la rancœur mais est capable de pardon, ainsi auprès de Mrs Reed mourante et quand bien même celle-ci continue à lui en vouloir de son inqualifiable conduite.
Enfin, Jane fait preuve d’un tempérament par certains aspects très moderne. Avoir quitté le giron de l’institution où elle a suivi des années d’enseignement avant d’y enseigner à son tour, pour dépasser enfin l’horizon qui limitait son regard, ne lui suffit pas. Une fois à Thornfield (et avant que l’arrivée de Mr Rochester ne vienne lui procurer une diversion inattendue), et alors qu’elle a acquis son autonomie matérielle, elle se languit rapidement d’être quasi prisonnière des lieux et de n’avoir plus rien à découvrir quand elle ne connaît rien du monde (bon, on notera qu’elle n’en connaîtra finalement guère plus, compte tenu de ce que sa vie deviendra, mais au moins l’intention était là !). En ce sens, Jane est une jeune femme dont les aspirations (initiales) m’ont semblé dépasser quelque peu celles de ses contemporaines, l’ambition de celles-ci se limitant souvent à la quête d’une vie familiale réussie.

Quelques mots, maintenant, concernant Mr Rochester.
J’avais le souvenir de quelqu’un de non seulement ténébreux mais foncièrement taciturne (au sens propre). Souvenir erroné car Rochester, s’il est certes une âme tourmentée, est incroyablement loquace ! Allez, pour être honnête, je dirais d’ailleurs que le seul (petit) reproche que je pourrais faire à ces deux-là, c’est qu’ils sont parfois un peu trop bavards (Jane y compris, qui ne lésine pas sur les monologues), mais cela n’a pas été jusqu’à freiner ma lecture, très fluide.

Pour en revenir, avant de conclure, à la dernière partie du roman, j’ai été étonnée par l’épisode où Jane, qui vient de quitter Thornfield en toute hâte et n’a strictement plus aucun moyen de subsister, manque littéralement mourir de faim. Cela en dit long sur les « braves » gens auxquels elle a affaire. J’en profite pour noter que l’environnement social est, globalement, peu présent dans le roman (d’où cette impression d’histoire atemporelle). A peu près à la même époque (sept ans plus tard, pour être précise), Elizabeth Gaskell (future biographe de Charlotte Brontë) écrivait le roman industriel « Nord et Sud » (lu fin juin, beaucoup aimé mais toujours pas chroniqué, honte à moi), comme me l’a rappelé l’appareil critique fort intéressant figurant dans mon édition (une édition que je recommande, mais dont une des notes de fin de chapitre spoile en donnant au lecteur innocent l’idée qu’il peut y avoir quelqu’un de caché dans le manoir !).

Roman passionné et passionnant, « Jane Eyre » mérite amplement d’être lu… et relu !

« Jane Eyre« , Charlotte Brontë
Editions Folio Classique version numérique (800 p)

P.S : Dans la foulée, je suis allée voir la dernière adaptation cinématographique du roman… mais ceci fera l’objet d’un autre billet !
P.S’ : Arte propose la semaine prochaine une adaptation inédite sous forme de mini-série TV made in BBC (avec une actrice déjà vue dans la série (que j’ai appréciée) « Luther », où elle jouait une dangereuse psychopathe, ne cherchez pas, aucun rapport avec Jane (mais ça pourrait me perturber, non ?) !).
Euh, là, pas sûr que je regarde (bien que ma curiosité soit éveillée) car l’overdose janeeyrienne me guette !

20 commentaires sur “Où je relis « Jane Eyre » !

Ajouter un commentaire

  1. Je lis ton billet en diagonale car la relecture de Jane Eyre est prévue pour tout bientôt. Je l’ai lu il y a bien 15 ans je pense et mes souvenirs sont assez flous. J’hésite à regarder la série d’Arte cette semaine ou de me réserver la surprise de la redécouverte de l’intrigue pour ma lecture… A voir!

    1. Ou bien tu enregistres et tu regardes après ?
      Personnellement, j’ai bien aimé aller du livre au film. Certes, j’ai eu une impression de redite (mais dans un cas comme dans l’autre, tu l’auras), mais je pouvais apprécier (ou pas) les choix faits par le réalisateur par rapport au roman.

    1. C’est un classique, donc aucune hésitation à avoir, tu y trouveras toujours quelque chose qui t’y plaira (mais à mon avis ça te plaira, tout court 😉 !).

  2. Moi j’ai raté la diffusion de la dernière adaptation dans ma ville, et j’ai très envie de relire le roman, pas lu depuis mes… 13 ans! J’avais adoré, et pleuré, aussi! En tout cas, je ne savais pas pour la diffusion de cette mini-série sur Arte (merci!), je vais essayer de regarder, en attendant de trouver le temps de relire le roman.

    1. Ah, si tu regardes, je serai ravie d’avoir ton avis (et on comparera, le cas échéant, ce qu’on en a pensé… comme pour « Les anonymes » 😉 : j’ai lu ton billet avec attention mais pas pris le temps de le commenter).

  3. Ma lecture date bien d’une trentaine d’années aussi, si ce n’est quarante… je crois avoir tout oublié, si ce n’est que Rochester me flanquait la frousse. Pour l’instant les sirènes des nouveautés chantent encore plus fort que les vieux classiques.

    1. J’ai profité du second séjour à Hossegor pour le lire : je n’avais emporté que trois petits romans + Jane Eyre sur mon Ipad. A ma grande surprise, le roman est passé comme une lettre à la poste, entre une après-midi fournaise et quelques soirées.

  4. J’ai prévu de le relire. Tout comme j’ai prévu de découvrir Nord et Sud… tout ça en VO, sur ma liseuse. Vivement l’hiver qu’on puisse bouquiner un peu! 😉

  5. Mon exemplaire est dans un état lamentable à force d’avoir été lu et relu. Ce qui n’empêche que d’avoir vu la dernière adaptation m’a encore donné envie de le relire 🙂
    Il faudrait que je regarde la version avec Orson Welles d’ailleurs…

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑