« Room », Emma DONOGHUE

Je m’appelle Jack. J’ai cinq ans (aujourd’hui !) et des journées très occupées dans la Chambre avec Maman. J’ai aussi le droit de regarder Madame Télé, mais pas trop longtemps car maman dit que ça moisit le cerveau. On y voit des tas de gens et de choses qui n’existent pas pour de vrai.
Le soir, je vais me coucher dans Petit Dressing et Maman ferme bien les portes parce que Grand Méchant Nick va venir : il sait que je suis là mais Maman ne veut surtout pas qu’il me voie. J’entends le bip bip de madame la Porte et Grand méchant Nick arrive et apporte les choses qu’on lui a demandées, enfin pas toutes. Maman a une drôle de voix quand elle lui parle, elle a peur de lui, je crois.
Un jour, Grand Méchant Nick donne à Maman des a-mal-gésiques exactement comme ceux dans Madame Télé.
Alors, Maman m’explique, parce que je suis devenu plus grand et que je pose beaucoup de questions, que les choses dans Madame Télé existent en vrai, derrière les murs de la Chambre…

La première partie du livre est consacrée à la description minutieuse des journées dans la Chambre, riches de la multitude de micro-activités que la mère de Jack a su créer. J’ai eu un peu peur que cela s’éternise et que je me lasse, mais ce ne fut pas le cas. Passée cette étape d’exposition, en effet, la situation évolue et avec elle le cadre initial. Si bien que je n’arrivais pas à décoller du livre, captivée par un récit que je vous laisse découvrir, raconté par un gamin attachant et d’une grande vivacité d’esprit, dont l’auteur a su rendre la voix très crédible.
Il offre au lecteur, au-delà du plaisir lié à la tension dramatique de l’histoire elle-même, des tas de pistes d’approche : perception de la réalité (la caverne de Platon n’est pas loin), mensonge et vérité, de l’art d’éduquer (ou l’imagination au pouvoir) , de l’art d’aimer et de transmettre, l’éveil d’une intelligence et du sens critique, la force de la vie malgré tout ; la résilience et l’amour encore, qui permet de dépasser les souffrances et de continuer sa route.

Sur un sujet qui a priori ne m’attirait pas car je lui trouvais un côté glauque et voyeur rédhibitoire, Emma Donoghue a construit un roman passionnant et d’une rare sensibilité.

« Room », Emma DONOGHUE
Editions Stock, collection La Cosmopolite (400 p)
Paru en août 2011

Les avis de Emeraude , Enna, Choco, Joelle, Val-m-les-livres, Zarline, Véronique,  In Cold Blog et Kathel : merci à tous ces blogueurs qui ont fini par me donner envie de lire ce roman (sans eux, j’aurais raté quelque chose).
L’avis d’Aifelle (qui l’a lu à peu près en même temps que moi).

32 commentaires sur “« Room », Emma DONOGHUE

Ajouter un commentaire

  1. Je suis un peu comme toi, assez rebutée par le côté voyeur. Je passerai peut être outre à l’occasion alors, vu tous vos avis positifs et le fait que tu as eu les mêmes préjugés que moi.

    1. Oui, quand ce livre est sorti, j’avais un a priori très négatif, en gros il était hors de question que je lise un livre sur un sujet pareil. Et, au final, je n’ai aucun regret d’avoir dépassé cet a priori.

    1. L’écriture ne m’a pas gênée… mais c’est vrai que j’ai lu bien plus surprenant (cf « La voix du couteau », de Patrick Ness).

  2. La période d’exposition m’a paru un peu longue aussi, mais on se rend compte qu’elle était nécessaire, et après, comme tu dis, on ne peut plus lâcher. Une fiction très bien construite, je ne me suis pas du tout sentie voyeuse, heureusement qu’elle n’a pas fait un mélange fiction-réalité.

  3. Je l’ai lu il y a peu aussi et j’ai littéralement adoré ! Passé l’agacement de la première partie et la barrière de ce langage très particulier de Jack, j’ai été happée par l’histoire ! Un coup de coeur !

    1. La première partie m’a un peu inquiétée : je me suis dit que si ça continuait plus longtemps comme cela, je n’allais pas tenir la distance ! Mais ce fut une lecture tout compte fait prenante et originale.

  4. Comme beaucoup, je partais pleine d’appréhension, et passé le cap des premières pages, j’ai été complètement subjuguée…

  5. Décidément, je vois de plus en plus d’avis positifs sur ce livre ces derniers temps 😉 Il est dans ma PAL depuis le Salon du livre de Paris, où je l’ai acheté et fait dédicacer.

  6. J’aurais presque parié sur 4 parts mais bon , on n’en est pas loin pour ce roman incroyable qui m’a littéralement bluffée !

    1. Véronique, enfin, tu sais bien que l’attribution des 4 parts de tartes n’est pas monnaie courante (en gros, ça doit s’imposer à moi comme une évidence : or ici, ce sont les 3 parts qui se sont très vite imposées, aucun doute là-dessus) !

  7. La mise en place s’arrête pile-poil au moment où commence à se dire « C’est quand que ça démarre ? » comme si l’auteur avait voulu nous faire ressentir la monotonie de ces journées de claustration… Content que ça t’ait plu 🙂

      1. Pas si fort que ça parce que je pensais bien que tu serais soufflée par « Le sillage de l’oubli » (tu m’as fendu le cœur à jamais, le sais-tu ? 😉 )

  8. J’ai eu peur au début de ma lecture avec tous ces « monsieur, madame », puis on s’y fait.

    Ma lecture la plus marquante de cette dernière rentrée littéraire.

  9. L’idée de départ est glauque mais pourtant, c’est beaucoup de luminosité et de positif qui ressort de cette lecture ! Il met en avant toutes les possibilités d’adaptation de l’être humain, pourvu qu’il y ait de l’amour dans l’équation !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑