« Le déclin des clins d’oeil », Simon MASELLA

Lui, c’est Yann, ou plutôt Yan, comme Yan Solo, le mercenaire de la Guerre des Etoiles. Et son meilleur pote, c’est Ulysse (pas Jean-Baptiste, c’est trop naze, comme prénom).
Entre l’école, la maison et Ulysse, Yan mène déjà une vie trépidante, vu qu’il lui arrive toujours des tas de trucs étranges, comme d’être le seul à distinguer soudain des particules transparentes dans le ciel. Ulysse, lui, il s’est entiché de Cathy-la-grosse. Alors, quand celle-ci est envoyée par ses parents dans un camp pour gros, il part à sa recherche et Yan est bien obligé de le suivre…

Voilà un tout petit roman (le premier de l’auteur) diablement sympathique que j’ai lu le sourire aux lèvres ! Yann est un garçon (10 ans ?) plein d’humour, à l’imagination débordante et dans sa vie tout se mêle, réalité et fiction, étant donné qu’il a l’art (et ce n’est pas Ulysse-aux-mille-ruses qui va le détromper) de voir des choses derrière les choses (si les autres ne les voient pas, c’est qu’ils n’ont pas la chance d’être dotés de ses pouvoirs ou de ses capacités, CQFD), agrémentant le réel de tout ce qu’il a pu engranger par ailleurs comme histoires d’espions, d’extraterrestres etc. Avec lui, on ne risque pas de s’ennuyer une seconde et même si l’expression, pour d’autres raisons, est dans l’air du temps, je dirais qu’il a une manière bien à lui de réenchanter le monde, le quotidien, qui m’a charmée.
Paradoxalement, c’est la seconde partie du livre, qui vire au road-movie quand les deux copains partent à la recherche de Cathy, qui m’a moins emballée même si elle est menée tambour battant : je crois que je n’avais pas besoin d’aventures extérieures plus ou moins crédibles, les aventures au jour le jour que se crée le héros me suffisaient.
Le style est jubilatoire, un langage pseudo-enfantin pas châtié particulièrement réussi (je dis « pseudo » parce que certains mots ou jeux sur les mots, expressions ou tournures ne peuvent pas, pour moi, être le fait d’un enfant mais d’un adulte qui revisite son enfance), où la truculence le dispute à quelques fulgurances poétiques.
A découvrir, sans hésiter !

« Le déclin des clins d’œil », de Simon MASELLA
Editions La Dragonne (83 p)
Paru en 2008

Ce roman faisait partie de la sélection pour le Prix du Marais 2011 de la médiathèque de LOMME

3 commentaires sur “« Le déclin des clins d’oeil », Simon MASELLA

Ajouter un commentaire

  1. J’ai toujours du mal quand les auteurs écrivent en langage enfantin. Je trouve ça rarement réussi. Cela dit, les aventures de Yann me tentent bien.

    1. Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, raison pour laquelle j’ai qualifié ce langage de « pseudo-enfantin », pour qu’il n’y ait pas maldonne. Et pour savoir si ce style t’accroche, n’hésite pas à tenter !

  2. Le style enfantin (ou presque 😉 ) est à la mode en ce moment… on peut accrocher ou non. Mon prochain billet sera dans ce créneau (mais j’ai du retard aussi !).

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑