« Le combat ordinaire » (Intégrale), Manu LARCENET

Marco, photographe las de livrer des images chocs tragiques, décide de suspendre son activité professionnelle en même temps que sa psychanalyse.
Il passe voir son frère, puis ses parents et enfin retourne dans sa maison de province, où il vient de s’installer et où l’attend son chat, Adolf…

Manu Larcenet dresse le portrait d’un trentenaire en rupture de ban, en proie régulièrement à des crises d’angoisse, incapable de continuer à vivre comme il l’a fait jusqu’à présent mais incapable de s’impliquer, lorsque l’occasion se présente, dans une relation amoureuse durable. 
Marco croise des gens ordinaires, tombe sous le charme d’un papy philosophe… mais tout n’est jamais aussi clair qu’il y paraît. Il y a des moments hors du temps, ceux des retrouvailles avec le petit frère, d’autres plus durs, quand le père les quitte ou quand les ouvriers de l’usine où il travailla luttent en vain.
Au passage, Larcenet égratigne tous azimuts, de la course aux images à la psychanalyse, en passant par l’agressivité engendrée par le sentiment de propriété. Il n’épargne pas son héros non plus mais son regard sur lui est toujours plein de compréhension. Marco se cherche et sa difficulté à vivre lui colle à la peau. En même temps, il cherche sa place dans une société qu’il scrute avec inquiétude, s’interrogeant sur le sens et la portée de ses engagements.
A la fois stylisé et très expressif pour les personnages, le trait est plus fouillé lorsqu’il dépeint l’environnement. Les couleurs jouent sur une gamme chromatique variée mais jamais lumineuse, allant si besoin est (lorsque le passé est évoqué par exemple) jusqu’aux nuances de noir. Bref, un dessin qui sonne parfaitement juste.
« Le combat ordinaire », c’est de l’humour, parfois, dans la façon de présenter les choses et les gens, de l’amertume voire de la douleur (parce qu’il faut bien se coltiner avec la réalité) souvent, mais avec, toujours, beaucoup d’humanité. Une œuvre dense et tourmentée, à l’image du héros, dont la richesse appelle la relecture et où chacun, peu ou prou, se reconnaîtra, dans ses forces et ses failles, son désarroi face aux autres (proches compris) si difficiles à cerner et son  combat ordinaire , tout simplement.
Une réussite !

« Le combat ordinaire » (Intégrale), Manu LARCENET
Editions Dargaud (246 p – regroupe les 4 tomes parus indépendamment)
Paru en décembre 2010
Le recueil, en plus de bénéficier d’une reliure de qualité, est accompagné d’un DVD présentant un documentaire (très intéressant) sur l’auteur.

29 commentaires sur “« Le combat ordinaire » (Intégrale), Manu LARCENET

Ajouter un commentaire

    1. J’avais lu le premier volume de la série en bibliothèque et je me suis offert l’intégrale lorsque je l’ai découverte en librairie : je ne le regrette pas !

  1. La tarte entière, carrément gourmande… Mais je te comprends,c’est Larcenet. Allez clara, tu les lis vite! ^_^

    1. Oui, c’est Larcenet… mais je n’ai pas du tout accroché au premier tome de « Blast » (billet sur mon ancien blog, je ne l’ai pas rapatrié sur celui-ci). J’essaierai malgré tout de lire la suite, parue il y a peu, en bibliothèque.

  2. Comme pour Le retour à la terre que je viens d’emprunter à la bibli je vais attendre de pouvoir emprunter toute la serie d’un coup pour les lire mais je suis très très tentée, chouettes les bannières et le nouveau ‘en passant’ !

    1. Pour « Le retour à la terre », j’avais lu les deux premiers il y a deux ans (je crois) et là je suis tombée l’autre jour sur la série complète que je viens de lire (billet à venir… si je ne suis pas trop paresseuse).
      Contente que les bannières te plaisent !
      Quant au « En passant », je souhaitais qu’il apparaisse à nouveau sur le côté et non pas dans une des pages du menu au-dessus (personne n’y allait, je le voyais dans les statistiques, alors que lorsque c’est sur le côté du blog on y jette un oeil) sous forme d’une image (à défaut de blog-it express, non accepté par la plateforme Word Press), mais c’est ma grande fille qui a eu l’idée de la présentation sur une ardoise et l’a mise en oeuvre.

  3. Comme Noukette, ravie d’apprendre la parution en intégrale, cela me décidera à me plonger dans ce  » combat  » ( très chouette tes bannières aléatoires et ce tableau  » en passant -)

    1. J’ai craqué lorsque j’ai découvert cette intégrale et je suis très contente de l’avoir achetée, pour moi c’est une oeuvre importante dans la BD.
      (merci pour les bannières et le tableau 🙂 !)

  4. J’ai beaucoup aimé « Retour à la terre » alors il faudra que je lise ce « Combat ordinaire » !
    (et moi aussi, je m’amuse à cliquer pour voir toutes tes bannières !)

  5. « Le combat ordinaire » est beaucoup plus sombre, tu verras, mais il devrait te plaire.
    (et j’aime beaucoup l’idée que tu cliques pour voir les bannières 🙂 ! )

    1. Je n’ai pas trouvé facile d’en parler, j’aurais voulu dire des tas de choses mais je ne pouvais le faire sans raconter ce qui se passait, ce que je préférais éviter, dur, dur !

    1. Oui, c’est sorti fin 2010, je l’avais découvert par hasard en librairie (il y a quelques mois déjà, ma lecture et ma première ébauche de billet ne sont pas d’hier).

    1. Ah, « Le retour à la terre » est bien plus drôle, c’est vrai (je devrais en parler bientôt). Mais ce « Combat ordinaire », s’il est plus sombre, a davantage d’envergure, je trouve, davantage de portée.

  6. Ça m’aurait bien arrangé qu’elle soit à la biblio sous forme d’intégrale vu que j’ai lu les 2 premiers tomes il y a tellement longtemps qu’il faut que je reprenne tout depuis le début ! Malheureusement, soit je suis chanceuse et je trouve les 4 tomes au même moment, soit je vais être obligée de leur courir après !

    1. Le documentaire revient sur le parcours de Manu Larcenet (comment il a été repéré par Fluide Glacial, auquel il envoyait régulièrement des dessins, les premières publications etc.) et s’attarde en particulier sur « Le retour à la terre » et, bien sûr, « Le combat ordinaire » (en parlant de ces albums-ci, Manu Larcenet dit entre autres « Je n’avais pas la contrainte de l’humour »). Pour ce faire, il croise une interview de Manu Larcenet avec des interventions de différentes personnes du monde de l’édition de la bande dessinée, dont certaines ont beaucoup compté pour lui, comme Lewis Trondheim et Ferri. L’analyse porte aussi bien sur la forme (le dessin et ceux qui l’ont influencé) que sur le fond (comment Larcenet, au travers d’un personnage qui n’est pas lui, le Marco du « combat ordinaire », a pu parler de tout ce qui le tracassait voire le bouleversait, comme le deuil de son père). Et on voit aussi l’endroit où vit Larcenet, à la campagne.

  7. Je ne sui pas très BD mais un vrai coup de coeur pour Manu Larcenet. Beaucoup ri avec le retour à la terre, et pleuré avec le combat ordinnaire !

  8. j’ai découvert cette série tout récemment et j’ai vraiment beaucoup accroché (à partir du 2, car j’avoue que le 1er ne m’avait pas emballée tant que ça…)

  9. J »aime beaucoup les personnages. Oui c’est vrai il nous ressemble, ou bien ressemble à des personnes qui nous sont plus ou moins proches. Ils sont attendrissants, attachants.
    Je n’ai pas tout lu, mais c’est ce qu’il m’en reste. Il faudrait que je m remette à lire la série, et cette fois en intégrale !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑