« Merveille », Robert J. SAWYER

Ce tome est le dernier de la trilogie commencée avec « Eveil » et poursuivie avec « Veille».

Face à la menace persistante de son éradication par le gouvernement américain qui est inquiet de son pouvoir en extension croissante, Webmind, l’Intelligence Artificielle née du Web et découverte par la jeune (ex)aveugle Caitlin, décide de réagir car il veut à tout prix survivre…

Malgré un titre qui semble donner le ton, « Merveille » réussit à maintenir la tension tout au long de son déroulement. L’étau se resserre en effet autour de Webmind mais, parallèlement, certains agissements secrets imputés (à tort ?) à cette chère AI (que le lecteur a appris à apprécier autant que Caitlin) paraissent bien suspects : de quoi pimenter suffisamment un récit qui prend résolument une dimension géopolitique mondiale et se lit sans traîner en route !
Ce dernier tome maintient donc la bonne tenue des deux précédents. Les réflexions de Webmind, dont nous partageons les pensées et les interrogations (psycho-philosophiques), demeurent l’aspect le plus intéressant du tableau car elles nous obligent à reconsidérer le paradigme du « Big Brother » fermement ancré en nous depuis le « 1984 » de George Orwell : le tout-contrôle est synonyme de toute-puissance et, en corollaire, de toute-répression possible. A contrario, Robert J.Sawyer emprunte (ou du moins le lecteur le croit-il jusqu’à ce que le doute s’insinue en lui) une voie alternative, celle où le fait de tout voir et savoir ne mène pas obligatoirement à des choix contraires au bien-être de l’individu.
Si la réflexion n’est pas nouvelle, elle est d’autant plus d’actualité ces temps-ci où les mouvements de révolte populaires se saisissent de l’outil internet comme d’un efficace moyen de diffusion et de fédération. L’auteur illustre à sa manière ce qui pourrait être fait grâce à une totale mainmise sur le web et, que sa démonstration convainque ou non, elle a le mérite de soulever des questions pertinentes.
Pour ma part, j’ai apprécié l’importance donné à l’humain (et Chobo, mi-chimpanzé, mi-bonobo, m’a paru terriblement humain, lui aussi !) dans toute la trilogie (Webmind, je l’ai déjà dit dans mes billets précédents, m’ayant paru plus humain et intéressant que Caitlin). Le tour donné dans ce dernier tome au récit m’a plu mais je n’ai pu m’empêcher de le trouver un peu simpliste car reposant sur une vision des choses à mon sens manichéenne. Je n’ai pas toujours, tant s’en faut, été d’accord avec certaines considérations des protagonistes (comment le père de Caitlin « justifie » auprès de sa mère le fait que leur fille ait envoyé une photo de ses seins à son petit ami pour ne citer que la plus anecdotique), car au-delà de la question de fond déjà mentionnée, l’auteur en évoque d’autres (place de la religion, avortement…) et les pistes qu’il ébauche sont parfois sujettes à caution.
Néanmoins, quelles que soient mes réserves, le fait est que je n’ai pas boudé mon plaisir : un bon moment de lecture (clos par un épilogue d’envergure, très SF-comme-je-l’aime !).

« Merveille », de Robert J. SAWYER
Editions Robert Laffont, collection Ailleurs et Demain (393 p)
Paru en février 2011

5 commentaires sur “« Merveille », Robert J. SAWYER

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Brize, je ne suis pas trop férue de SF, mais grâce à la série Flashforward, j’ai entendu parler de cet écrivain. Je ne savais pas qu’il avait écrit d’autres romans (et traduits en français). Merci du conseil. Bonne après-midi.

    1. J’avais commencé à regarder la série, mais je craignais qu’elle s’enlise (tourne en rond). J’ai lu le roman dont elle est tirée, distrayant mais sans plus (il ne m’a pas convaincue).
      Cette trilogie ne me laissera sans doute pas un souvenir impérissable, mais j’ai passé un bon moment à la parcourir.

  2. Je crois que c’est celui-ci qui manque à la biblio (ou alors serait-ce le tome 2 ?) ! Il faut que je revérifie mais vu que celui-ci est récent, je pense surtout qu’ils ont du oublier de le commander !

  3. Merci pour cet avis qui amoindrit un peu mon désenchantement arrivée à ce tome. Tu as su mettre en avant les aspects intéressants de ce récit, sans pour autant omettre ses points faibles. Pour ma part, je n’en pouvais tellement plus que j’ai passé le tout à l’as pour ne voir que ce qui ne m’a pas plu.:)
    En tout cas, je ne regrette pas la lecture de ce tome, le concept de départ valait vraiment le détour et j’ai encore un souvenir mémorable du tome 1!

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑