« Totally Killer », Greg OLEAR

Taylor Schmidt est une fille canon, diplômée d’une université quelconque (comprendre : n’appartenant pas à l’Ivy League), qui débarque de son Missouri natal à New York en 1991. C’est la crise et comme des tas d’autres, elle galère pour trouver un job.
C’est Todd qui raconte, dix-neuf ans après, comment cette fille sexy en diable et sur laquelle il a immédiatement fantasmé a fait un jour irruption chez lui (envoyée par un ami providentiel) pour devenir sa colocataire et, quelques mois plus tard (il l’annonce dès de début du récit), passer de vie à trépas.
Tout commence quand, excédée de voir sa candidature rejetée par une agence de recrutement après l’autre, Taylor Schmidt rencontre le fort séduisant Asher Krug : il travaille à Quid Pro Quo, une agence très particulière proposant des postes mirobolants, en échange, une fois l’emploi acquis, d’un « remboursement » dont la nature n’est pas précisée…

Certes, on connaît la fin, puisqu’on sait que l’héroïne Taylor Schmidt va mourir, mais on ignore tout de la manière dont le récit va nous mener à cette issue inéluctable (et il y aura en prime quelques surprises au dénouement), si bien que l’histoire accroche son lecteur sans problème.
Et il y a du rythme dans ce récit, un récit qui ne se prend pas au sérieux car il tient davantage du pastiche ou de la pochade que du thriller, tout en s’ancrant résolument dans les années 90 avec quelques accents de diatribe sociale. Par la voix de son narrateur, le roman rappelle à de nombreuses reprises à quel point cette époque pourtant proche, où la crise s’amorçait, est déjà révolue (on n’y connaissait pas encore le téléphone portable, ni facebook etc.). Surtout, il surfe à fond sur le thème de la « Génération X », celle des post baby-boomers, lesquels ont trusté à leur profit les emplois et l’american way of life.
Parsemé de micro-références en tous genres (allusions musicales ou culturelles souvent très new-yorkaises et pour la plupart inintelligibles pour le commun des lecteurs français mais ce n’est pas gênant), le roman renvoie aussi, explicitement, à « La Firme » de John Grisham (que Taylor est en train de lire et auquel, si vous l’avez lu, vous n’auriez pas manqué de penser).
Jouant avec les personnages et les situations, « Totally Killer » met en place une partition apparemment simple (en partant d’une idée qu’on a déjà pu lire ailleurs) mais dont la donne se complexifiera un peu en avançant. Tonique, bourré d’humour (souvent très) noir, s’amusant de l’attraction fatale qu’exercent le sexe et/ou le pouvoir incarnés par certains de ses protagonistes et surtout s’amusant tout court à nous conter une histoire incroyable, « Totally Killer » fait partie de ces livres qui me rappellent que la lecture, c’est cool !

« Totally Killer », Greg OLEAR
Editions Gallmeister – collection Americana (299 p)
Paru en février 2011

Elles ont lu et apprécié : Choco, Tamara, Emeraude, Stephie

28 commentaires sur “« Totally Killer », Greg OLEAR

Ajouter un commentaire

  1. Je l’ai loupé chez BOB et je m’en mords de plus en plus les doigts à mesure que je découvre les billets enthousiastes ! Et pourtant je ne lis pas beaucoup de thrillers mais celui-là, arf il me tente beaucoup beaucoup !

    1. Il n’y a pas que des billets enthousiastes, certains avis sont plus réservés ( je ne les ai pas mis en liens parce qu’ils ont tendance à en dire un peu trop, je trouve), ce que je peux comprendre (idée déjà exploitée, trait appuyé etc.) : mais j’ai pris grand plaisir à ma lecture et comme, en ce moment, j’ai du mal à trouver chaussure à mon pied, c’était appréciable.

  2. Rahhh, je râle de plus en plus car on le voit partout et il me tente bien mais il faut que j’attende que ma biblio l’achète (et ensuite le couvre et ensuite le mette sur étagère !!! c’est long tout ça !)

    1. Comme je le disais à Cynthia, certains avis sont plus réservés et je suis certaine que ce roman ne fera pas l’unanimité (mais quel roman peut se targuer de la faire ?) car il est atypique.

    1. Parce que les deux parts correspondent à mon appréciation générale : j’ai bien aimé 🙂 !
      C’est l’inconvénient (ou l’avantage ?) de ce genre de cotation : ça oblige à se positionner nettement (et de manière visible) et comme tout est relatif, ce positionnement s’effectue par rapport à tous les autres livres que j’ai pu lire, dont ceux qui, eux, ont récolté trois parts.

  3. Au début (de ton billet) j’avais envie de le lire, et à la fin, plus si sûre, ta conclusion m’inquiète un peu… et puis là, je sens bien que j’arrive à saturation de billets sur ce livre….

    1. Oui, point trop n’en faut, c’est sûr.
      J’ai vraiment apprécié ma lecture mais (et ce n’est que ma propre appréciation) pour moi c’était une lecture-détente, malgré le côté noir, parce que c’est too much pour être vraisemblable.

    1. Je pense que tu aimerais, mais rien ne presse effectivement (et malgré le thème, ce n’est a priori pas du tout le même genre que »Le couperet », d’après ce que je connais de Westlake, limité c’est vrai à un seul roman mais on reste dans du classique, chez lui, alors qu’ici on sort de la norme).

  4. Je l’ai reçu par le Club Libfly et ton avis me donne trèsenvie de m’y plonger en rentrant chez moi… Ah ben oui, mais j’ai déjà un autre polar à finir !!!

  5. Ah ! Je ne savais pas que tu étais passée sous WP ! Bien envie de passer sur cette plateforme moi aussi. 🙂
    Quant au livre, non, pas pour moi ! 😉

  6. Cette plateforme me change beaucoup de la précédente car il y a de nombreuses fonctionnalités que je n’y trouvais pas.
    Pas attirée par « Totally Killer »? Si tu le ne sens pas, c’est sûr, inutile de t’y risquer !

      1. Ben c’est bizarre, ça, parce que de mon côté, je viens d’essayer et ça marche très bien… (et il y a déjà pas mal d’abonnés au blog sur le GR).

  7. Je viens à peine de publier mon billet sur Totally Killer 🙂
    J’en profite pour ajouter ton blog à mes liens ! Je viens souvent, mais à partir d’autres blogs mouarf… maintenant je viendrai depuis chez moi hihi.

    Ca a été un plaisir de te rencontrer à la rencontre avec Greg Olear !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑