Roman noir, roman d’amour, roman passionnant

Pour gagner 1500 €, Léonie a accepté de tester une nouvelle molécule, dans le plus grand secret, durant quatre jours. Effet indésirable : tendance à la schizophrénie. Du coup, Léonie a l’impression d’être possédée, avec cette drôle de voix qu’elle entend en elle. Mais comment survivre autrement, quand on vient d’échapper, comme elle, à ses tortionnaires et qu’on se retrouve seule dans Paris, sans un sou ? A huit ans, Léonie a en effet quitté son Libéria natal, vendue par ses parents à un couple qui, depuis, l’a séquestrée pendant douze ans et exploitée sexuellement.

Cyrian, beau jeune homme d’excellente (et très riche) famille, poursuit sa scolarité dans une grande école réputée, l’EESS. Mais son rêve est d’être accepté dans la « Confrérie des Titans », organisation secrète dont l’influence s’étend internationalement sur toutes les sphères du pouvoir. Johannes, son mentor, lui demande, entre autres gages de sa détermination, de lui offrir, pour un soir, sa petite amie, Aurelle.

Edmé, policier à la Crim’, la cinquantaine, revenu de tout, doit faire équipe avec Sylvaine, sa collègue, sur une sinistre affaire de cadavres mutilés retrouvés sur l’île aux loups, près de Paris.

Trois personnages, trois histoires d’abord indépendantes mais qui vont finir par se croiser, dans un roman noir mais où il est aussi question d’âmes transportées et d’âmes qui se trouvent.

Difficile d’enfermer ce roman dans une catégorie (et est-ce bien nécessaire, d’ailleurs ?). Sa couverture donne l’impression qu’il s’agit d’un roman de science-fiction, or il n’en est rien. Tout au plus peut-on parler d’anticipation, dans la mesure où l’action se situe dans un futur (très) proche et guère différent de notre présent, même si les défauts de celui-ci semblent y être exacerbés et si certaine découverte scientifique relève bien sûr du domaine de l’imaginaire.

Ce n’est pas non plus un roman policier, car s’il y a une intrigue policière, elle n’est somme toute pas très difficile à démêler.

Disons que c’est un thriller, où l’action avance à toute allure, avec des périodes de tension extrême (et des héros qui commettent deux fois la même erreur, ce que l’auteur aurait pu éviter !), où le lecteur brûle de connaître la suite.

C’est aussi un roman populaire, au sens noble du terme, parce qu’il y est beaucoup question de petites gens (de misère, de SDF, d’expulsion de squat…), parce que la peinture sociale, donc, y tient une grande place.

C’est  un roman tout court, avec ses personnages principaux, des personnages auxquels on s’attache et surtout des personnages qui sortiront changés par ce qu’ils auront vécu pendant la durée du récit et dont le regard sur le monde qui les entoure sera définitivement modifié.

Disons surtout que c’est un sacré bouquin, inclassable, à la fois roman noir et roman d’amour.

Car l’humanité y apparaît ignoble, violente et barbare. Les rapports humains, à quelque échelle que ce soit, sont placés sous le signe de la domination. Cette humanité nous apitoie, tant la désespérance des petits y est grande ou nous écœure, tant l’ignominie des forts y est insoutenable. Jusqu’à ce qu’une lueur d’espoir se fasse soudain jour, lorsque deux êtres se frôlent puis se rencontrent et là on se prend à croire à nouveau en elle.

« Porteurs d’âmes » est un roman prenant, passionnant. Certains lui reprocheront peut-être une vision à tendance manichéenne du monde, avec des « bons » (qui certes ont leurs fêlures, voire leurs failles) et des « méchants » sans scrupules ou carrément abjects. L’argument est recevable.

Mais cela ne m’a pas empêchée d’avoir un coup de cœur pour ce livre !

« Porteurs d’âmes », Pierre BORDAGE

éditions Au Diable Vauvert (494 p)

(réédition d’un article paru le 21/06/2008)

5 commentaires sur “Roman noir, roman d’amour, roman passionnant

Ajouter un commentaire

  1. Tiens, je me demande si l’auteur s’est finalement décidé à écrire une « suite » à ce thriller … il en avait parlé lors d’une rencontre/conférence ! Il trouvait qu’il y avait encore beaucoup de choses à développer autour du concept abordé dans l’histoire 😉

    1. Tiens, tiens ! J’ignorais qu’il pouvait avoir ce projet. L’a-t-il concrétisé ? En tout cas, pour le moment, pas de publication annoncée.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑