« Les enfants de l’empereur », Claire MESSUD

New-York, de mars à novembre 2001.

Danielle Minkoff achève un court séjour professionnel (elle produit des émissions de télévision) en Australie, où elle rencontre l’énigmatique et séduisant Ludovic Seeley  qui va venir habiter, comme elle, à New-York, pour y lancer un journal révolutionnaire, le Monitor.

Pendant ce temps, son amie Marina, la ravissante fille du célèbre intellectuel Murray Thwaite, a trouvé provisoirement refuge dans la résidence secondaire de ses parents, à Stockbridge, après sa séparation d’avec Val, avec lequel elle vivait depuis plusieurs années. Elle s’efforce en vain de s’atteler à la rédaction de l’ouvrage sociologique qu’elle a en chantier depuis trop longtemps, relatif à la mode enfantine. Lasse de sa solitude, elle invite leur ami commun Julius, journaliste pigiste homosexuel, à l’y rejoindre.

De son côté, son jeune cousin Frederick (dit Bootie) Tubb, qu’elle connaît à peine, n’en peut plus de sa vie étriquée à Watertown et envisage de venir se former sous la coupe de son oncle, Murray Thwaite, auquel il voue une admiration sans borne…

Trois trentenaires sont donc les principaux protagonistes de ce roman, qui accorde cependant aussi une place importante aux personnages de Bootie et de Murray .

Ils ont plus ou moins de mal à se positionner professionnellement et/ou affectivement. Danielle est autonome professionnellement (même si, lorsqu’il s’agit du domaine de la télévision, rien n’est jamais acquis) ; Julius a un emploi précaire (voire intérimaire) et Marina, sans emploi, a dû retourner vivre chez ses parents. Quant à leur vie amoureuse, elle est, au moins au début du roman, inexistante.

Le roman raconte donc quelques mois de ces trajectoires new-yorkaises, qui se croisent et interagissent partiellement les unes sur les autres (Julius, avec son aventure sentimentale, fait cavalier seul pendant la majeure partie du roman) : Danielle présente Marina à Ludovic Seeley, qui l’embauche, Bootie débarque chez les Thwaite etc., autant d’événements décisifs générateurs de bouleversements dans la vie des uns et des autres.

Claire Messud (auteur américain, ce que son nom n’indique pas vraiment !) est à l’aise aussi bien dans la description de ce qui se voit que de ce qui ne se voit pas. Elle nous offre ainsi des vues cinématographiques de l’environnement de ses héros, de la ville de province typique, Watertown, à son opposée, New-York , du studio miteux au magnifique appartement et sait aussi nous plonger dans l’intimité de ses personnages, lorsqu’elle décide de se focaliser sur l’un d’eux. Le rythme de la narration est enlevé et je ne me suis pas ennuyée un seul instant à suivre ces péripéties new-yorkaises, que l’irruption du 11 septembre va résolument infléchir.

Enfin, au travers de ses personnages, ce roman incite à s’interroger sur le poids de l’existence, son but, son authenticité , le désir d’en faire quelque chose de grand. En ce sens, il est difficile de ne pas se retrouver, peu ou prou, dans les questionnements ou angoisses de l’un ou de l’autre, parce qu’ils reflètent nos inquiétudes fondamentales.

Claire Messud réussit à nous emmener à New-York vivre des mois décisifs en compagnie de personnages intéressants et attachants, en même temps qu’elle nous invite, indirectement, à nous poser quelques questions sur nos vies.

Un roman comme je les aime, bien écrit, dynamique et intelligent, où les histoires mêlées se projettent sur la nôtre, où le truchement divertissant de la fiction permet aussi de toucher à l’essentiel.

« Les enfants de l’empereur », Claire MESSUD

éditions Gallimard (595p)

L’avis enthousiaste de Clochette (qui m’avait donné envie de lire ce livre) et celui (beaucoup moins enthousiaste !) de Cuné… ce qui prouve une fois de plus qu’un roman peut être lu de manière très différente. Alors, irez-vous juger par vous-même ?)

(réédition d’un article paru le 5/10/2008)

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑